Voici le suite du voyage au CAMBODGE datant de juin 1994.

SIEM REAP - Ta Keo et divers


L'accés au Ta Keo se fait ici encore par un pont bordé par des najas. Ce pont enjambe les douves qui entoure les enceintes du site.
La porte d'accés dans la première enceinte.
Ce site n'est pas sans rappeler le site de Ta Prom, mais en moins endommagé.
Un bas relief bien conservé, qui représente des divinités en vogue de l'époque.
Dans une des salles du temple, une statue de Bouddha qui a été étêtée lors de l'avènement des Kmhers Rouges. Le bouddhisme n'était pas la religion en vogue du temps des rois khmers. Maintenant, ces temples sont des refuges pour les moines bouddhistes qui se chargent également de la garde des sites pour les protéger des pilleurs.
Comme à Ta Prom, on constate la dégradation des constructions par ces arbres qui semblent aimer par dessus tout le granit. Les racines puissantes pénètrent les joints et font écrouler les assemblages.
Encore un exemple de la force végétale...
Le sortie du Ta Keo, avec une vue d'ensemble.
Un temple dont je ne me souviens plus du nom. Encore bien préservé, celui-ci menace de s'effondrer. La construction a été étayée en attendant une éventuelle restauration. Nous sommes allés faire un tour à l'intérieur, mais sans trainer.
Une autre construction, dont le nom m'échappe aujourd'hui, et qui présente une structure à étage ce qui est très rare.
Nous arrivons aux bains royaux par une porte, dernier vestige d'une enceinte.
Une vue générale des bains royaux. Ce site n'est pas sans rappeler les thermes romains. L'eau arrivait par un canal en gravitaire et était chauffée dans un four. Dommage que cela ne soit plus en service, on en aurait bien profité...
Là, nous sommes au sommet du Phnomh Bakheng qui sert de point de surveillance et d'antenne radio pour les forces gouvernementales.

Fermer cette fenêtre pour retourner à "Notre site WEB".