Des photos de Daya Bay toutes fraîches de début 2000.

CANTON


La rue pricipale de daya Bay, surnommée "les champs Elysées". C'est l'heure de midi et il fait chaud à crever. Les gens sont en train de manger et seuls quelques bicyclettes se déplacent... Des fous ; ils feraient mieux de rester à l'ombre à siroter une bière.
Les anciens du premier séjour pourront constater que les choses ont changées ici. Les cagnas d'antant sont devenues des bâtiments solides le long d'un route large et bien fréquentée.
Les échoppes et les restaurants se succèdent à l'enfilade. On y trouve même un computer center qui dépanne bien certaines fois. En arrière plan, on aperçoit des bâtiments de la base vie.
Les deux tranches 900 MWe de la centrale nucléaire de production d'électricité de Ling Ao, pour la mise en service de laquelle nous allons passer 3 ans sur zone.
Là, c'est la succursale locale de Coco Chanel. La haute couture française tient à conserver des comptoirs dans les pays exotiques... A Coco, on peut tout lui demander : c'est une experte !
Ici, c'est la délocalisation pour Nina Ricci, qui donne aussi dans la soupe le soir... Il existe même une représentation Jean Paul Gautier, mais je n'ai pas encore photographié l'échoppe.
L'entrée de la base vie, pour en donner une idée à ceux qui doivent y venir... En quelque sorte, notre prison dorée...
Près de la piscine de la base vie, on a vue sur la baie. Ce jour là, la vue était très dégagée et je n'ai pas pu résister à ces beaux reliefs. On dirait un volcan...
Une vue superbe du club nautique. Le soleil est magnifique et l'eau presque pure. On se croirait vraiment au paradis.
Cliché du vélo chinois bien chargé qui passe devant la superette du village d'expatriés.
Une vue des champs élysées locaux.
Le marché couvert de Daya Bay, rayon fruits et légumes.
Rayon boucherie et triperie. On s'y fait... si si !
Vue d'ensemble des rayons primeurs.
Un vendeur d'épices à l'entrée du marché.
Une jonque échouée sur la plage du club nautique. Pleine de trous, elle ne peut plus reprendre la mer. Les propriètaires ont entrepris un calfatage sommaire à base de bourre de coton, et attendent maintenant une grande marée pour reflouer l'esquif.
Visite à Zhong Shan dans les ateliers de fabrication de meubles. Visiblement, les arpettes sont en train de retaper une table basse ancienne.
L'atelier où sont produits les meubles neufs. Les notres sortiront de là aussi d'ici quelque temps.
Ici, on fignole le rendu ancien des meubles. Les mecs travaillent bien et soigneusement. Ils arrivent à faire des merveilles à base de bois de camphre.

Fermer cette fenêtre pour retourner à "Notre site WEB".